IMG_3443

 

Encore deux jours et c'est les vacances. Deux jours plein de cours, de consignes à donner, de feuilles à coller, de phrases à répéter et de sourires à échangés. Mes bagues avec des têtes de mort et celle avec un oeil qui bouge font l'unanimité. Ma salle de classe est remplie d'orange et de noir, d'araignées, de chat et de chauves souris mélangés. Je me suis levée tôt exprès, lundi matin. L'institut était noir et désert, les portes fermées à clef. Et il y avait moi dans un coin, avec des guirlandes plein les mains et du scotch qui ne collait jamais assez.

Et il y a beaucoup de choses à dire aussi dans ma deuxième vie, celle d'étudiante pas loin d'ici. On part ensemble en amoureux le matin, on s'embrasse sous un arbre énorme et on se sépare. Lui va donner des cours, moi je vais en recevoir. J'ai mon ordinateur tout neuf, mon termos de café plein. J'écoute des cours où je ne connais rien, et puis je papillome dans ceux de phonétique articulatoire parce que ça, je connais bien. J'ai même fait une présentation d'une vidéo de séance avec une élève, il y a mille ans de cela. J'avais encore les cheveux rouges et longs, l'accent des Landes où j'habitais la moitié du temps. C'était il y a quatre ans et j'avais l'air plus jeune, évidemment. Pendant que ma promo regardait, j'avais un peu de peine pour cette fille là, aux écarteurs et aux bagues de toutes les couleurs. Trois mois après cette séance, ça allait être l'horreur. La découverte des mensonges et les masques de celui qu'elle aimait et qui n'était pas la même personne en vrai.

Mais c'est peut être mieux comme ça. Tout ce passé, tous ces choix à faire et tout ces chemins à arpenter. C'était dur, c'était long, c'était nécessaire pour renaître, revivre et recommencer. Pour en arriver à cette vie d'aujourd'hui qui me plaît. Ces heures d'enseignement d'un côté, ces heures de vie d'apprenante de l'autre. Les trois chats qui se sont bien remis de ce déménagement imposé. L'amour que je reçois par message toute la journée, et puis le soir quand il y a un autre corps auquel s'accrocher. Je ne suis plus la fille aux cheveux rouge de la vidéo, et c'est tant mieux, pour de vrai. Elle ne savait pas encore poser des limites, et tenir les gens toxiques à distance pour se préserver. Je préfère la fille blonde de maintenant, qui sait poser des limites et ordonner aux gens de les respecter. Elle est plus solide que l'autre, cette fille là. Elle sait mieux me protéger.